中文
Français
English
Deutsch
TraditionExpérienceVeyronGrand SportSuper SportVitesseles légendesBugatti Certified
HistoireLes modèles BugattiLa marque Bugatti100 ans de Bugatti
Les histoires de BugattiLa famille BugattiMolsheimBugatti aujourd'hui

Premier essai (1910)

En octobre 1910, le journaliste anglais W. F. Bradley publie dans le magazine „The Motor", le premier article évoquant une automobile produite par Ettore Bugatti :

„Tous ceux qui mesurent la valeur d’une automobile à son apparence extérieure et à sa qualité superficielle ne seront certainement pas tentés d’acheter la Bugatti. Le constructeur de cette petite automobile n’a vraiment pas fait d’effort pour concurrencer les modèles en vogue et bon marché que l’on trouve actuellement sur le marché. De fait, le prix d’une Bugatti est, sur le marché, le plus élevé de sa catégorie. La raison est simple : cette nouvelle production constitue une véritable classe en soi.

Le constructeur alsacien Bugatti qui jouit d’une excellente réputation auprès des entreprises allemandes, a tenté de produire une automobile que l’on pourrait baptiser le „Poney" de l’automobile. Mais un „Poney" qui tient tête au modèles les plus coûteux des meilleurs constructeurs et qui malgré ses dimensions compactes et sa légèreté, n’a, en matière de vitesse, rien à envier aux autres voitures de tourisme.

Bien équipés avec ailes, phares, klaxon et autres accessoires d’une voiture de tourisme, nous avons effectué un essai dans les alentours de Paris. Après avoir été admonestés, à deux reprises, parce que nous avions dépassé la vitesse réglementaire sur les lignes droites du bois de Boulogne, nous avons regagné la banlieue où le destin nous a fait croiser une grosse Benz Prinz Henry, avec quatre passagers et une pure carrosserie de tourisme. Elle était conduite par un impétueux jeune homme sportif qui roulait à vive allure, aux limites de la tenue de route du véhicule, sur les routes en piteux état qui relient Paris à Saint-Germain. La petite Bugatti a toutefois réussi, avec aisance et beaucoup plus de confort que ce n’est le cas avec la plupart des voitures trois fois plus grosses, à rester en permanence à une distance de moins de quarante cinq mètres.

Le constructeur assure que la Bugatti peut rouler à une vitesse de cent kilomètres par heure. Tout comme sur les longues lignes droites, la petite voiture a, en ville, montré d’excellentes qualités, puisque ses dimensions compactes lui permettent de se faufiler là où les voitures les plus grosses sont obligées de s’arrêter. Les accélérations surprennent par leur vigueur et les premiers rapports sont très silencieux.“