中文
Français
English
Deutsch
TraditionExpérienceVeyronGrand SportSuper SportVitesseles légendesBugatti Certified
HistoireLes modèles BugattiLa marque Bugatti100 ans de Bugatti
Les histoires de BugattiLa famille BugattiMolsheimBugatti aujourd'hui

Les racines du mythe Bugatti

L’entreprise Bugatti et avant tout, son fondateur Ettore Bugatti, comptent parmi les piliers indétronables de la construction automobile.

Les constructions extraordinaires et les exigences très sévères en terme d’esthétisme ont, de tout temps, provoqué un émerveillement passionné chez les observateurs et une passion quasiment sans limite pour les heureux propriétaires de ces chefs d’œuvre automobile. L’histoire de Bugatti est indissociable de son époque ; l’époque qui s’étend des glorieuses années vingt, jusqu’au déclenchement de la Seconde Guerre mondiale.

Ce sont, avant tout, les courses automobiles qui forgent l’image Bugatti, au cours de cette période. Les pilotes de l’usine, tout comme de nombreux amateurs, gagnent des centaines de courses pour l’entreprise. Les pilotes privés sont d’un calibre qui est tout simplement inimaginable dans le monde actuel de la formule 1. De nombreux industriels, riches éditeurs et un nombre important de nobles auxquels s’ajoutent, ici et là, quelques gigolos, adoptent la course automobile comme hobby coûteux et à très haut risque. Les standards de sécurité, tels qu’ils existent aujourd’hui, sont inconnus. Les pilotes, au goût du risque très prononcé, (on retrouve parmi eux également, ici et là, quelques femmes), pilotent sans casque, sans capote ou toit et le pare-brise n’offre aucune protection contre les projections ou la pluie. De plus, les pannes moteurs, châssis cassés ou autres crevaisons sont monnaie courante et entraînent, bien souvent, de tragiques accidents. C’est justement ce qui pour la haute société européenne et américaine, est le plus fascinant. En permanence, les voitures alors nettement en tête se retrouvent éliminées et le classement est alors complètement chamboulé. N’oublions pas qu’à l’époque, une victoire ne se mesure pas en millièmes de seconde. Pour les courses les plus longues, notamment, les écarts sont bien souvent de plusieurs minutes.

Ces orgueilleux propriétaires, tout comme le peuple hétérogène des pilotes pour qui amour, souffrance, victoire et mort sont des valeurs si proches, écrivent à l’époque des chapitres inoubliables de l’histoire. A la lueur du temps présent, ils semblent tout droit issus de romans et ne constituent pour notre époque, qu’une réalité bien inhabituelle.