Français
English
Deutsch
TraditionExpérienceVeyronGrand SportSuper SportVitesseles légendesBugatti Certified

La Bugatti “Royale” exposée au Zeithaus de I’Autostadt

29.1.2003

Le Zeithaus, (une galerie exposant des voitures historiques au sein de l’Autostadt Volkswagen, à Wolfsbourg en Allemagne), présente depuis quelques jours un objet rare et précieux: une Bugatti ,,Royale?. Les données techniques de cette automobile très haut de gamme sont exceptionnelles: longueur, près de 6 m – empattement 4m30 – moteur 8 cylindres de 12 litres 7 développant 300 CV et atteignant 200 km/h!
Malgré ses dimensions monumentales, la technique de la Royale s’apparente, par de nombreux détails esthétiques et techniques, aux créations conventionnelles, plutôt gracieuses et graciles des Bugattis. Le moteur à surface lisse, typique de Bugatti, dispose d’un arbre à cames en tête à traction à pivot central. Le graissage à carter sec et le double allumage font également partie des caractéristiques d’un huit cylindres en ligne, dérivé d’un moteur pour avion.
Au total, seuls 6 véhicules du Type 41 (désignation officielle dans la liste des Types Bugatti) ont été construits dans les années 20 et 30 et tous existent aujourd’hui encore. Un exemplaire, appelé « Royale Binder « (du nom du dessinateur de la carrosserie) est la propriété de Bugatti Automobiles S.A.S. et c’est cet exemplaire qui, actuellement, est exposé à l’Autostadt Volkswagen, à Wolfsbourg, aux côtés d’autres grandes marques automobiles historiques.
Ettore Bugatti a appelé sa construction “Royale” parce qu’il espérait que ce véhicule véritablement “noble” serait l’automobile des rois. Beaucoup de rois l’ont admiré mais aucun n’a acquis une telle « Royale ». Certes, la haute société (dont Ettore attendait un vif intérêt) a fortement admiré ce modèle des superlatifs – mais Ettore Bugatti n’a pu vendre que trois seuls modèles de sa «Royale ». La crise économique avait anéanti l’ambitieux projet de Ettore Bugatti.
L’ingénieux Bugatti a alors trouvé une autre utilisation pour les puissants moteurs conçus pour sa ,,Royale?: il les a montés sur les autorails qu’il a développés et construits pour les chemins de fer français. Dans un article paru dans la revue « autocar » de 1926 sur l’un des premiers trajets effectués à bord d’une « Royale », le journaliste britannique W.F.Bradley décrit cette extraordinaire et passionnante aventure. Pour connaître le contenu de cet article, reportez-vous à la section « Histoire, anecdotes ».

http://www.autostadt.de

royale030129135441.jpg

Le Zeithaus de l´Autostadt expose, à intervalles réguliers, des objets rares et précieux. Le « clou », actuellement, en est la Bugatti Royale.